mercredi 15 novembre 2017

samedi 11 novembre 2017

Les images du souvenir

Après quelques semaines passées à choisir les photos, à les retravailler, et enfin à les disposer sur les pages de l'album, j'ai enfin commandé - il y a quelques jours - le livre photo de l'année 2015.

2015, parce que j'ai décidé en décembre l'an dernier que je voulais en faire un par année. Qu'il y a un an, c'était la fin de l'année 2016 et que j'ai donc commencé par cette année-là. Et que je me suis donc récemment décidée à créer les autres petit à petit, en remontant le temps.

C'est un exercice étrange que de choisir parmi toutes les photos qu'on a pu faire pendant un laps de temps donné celles qui auront l'honneur de figurer dans l'album. D'êtres vues par ceux à qui nous le montreront, regardées maintes et maintes fois - celles qui échapperont à l'oubli.

Neige de février

Sur les milliers de photos que j'avais faites cette année-là, et une fois mises de côté les photos floues, les photos inintéressantes, celles où on ferme les yeux ou se gratte le nez, il y en avait encore plusieurs centaines que j'aurais voulu voir y figurer. Parce qu'elles étaient belles en elles-même ou parce qu'elles me rappelaient un moment de vie, un souvenir que je voulais conserver, raviver à chaque fois que j'en verrais les images.

En faisant cet album longtemps après que les photos ont été prises, je pensais que j'aurais plus de recul et que je choisirais plus facilement quelles photos avaient vraiment de l'importance, lesquelles méritaient d'avantage d'être gardées. J'avais à la fois raison et tort.

Raison parce que le recul nous fait voir certaines choses, comme ce garçon qui prenait part à nos fêtes de familles et qui n'en fait désormais plus partie - même s'il reste un ami. Je ne suis pas une adepte de l'effacement de l'histoire, alors j'ai gardé quelques photos de lui pour l'album.

Tort parce qu'avec les années, les photos et les souvenirs qu'ils représentent deviennent anciennes et leur valeur augmente - comme les antiquités que l'on achète aujourd'hui à un prix plus élevé que l'original. Le moindre sourire de mes garçons devient précieux, la moindre sortie en famille dont on se souvient devient un moment à conserver en mémoire.

Couleurs de l'automne

J'ai finalement gardé environ 300 photos, disposées sur les 60 pages du livre. Une année en 300 photos. Je continuerai à créer ces albums - dès qu'on sera en janvier, je pourrai commencer celui de 2017, et un jour, quand j'aurai le temps, je ferai celui de 2014, puis des années précédentes. Pour continuer à raviver ces souvenirs, et pouvoir les partager avec d'autres.

mardi 24 octobre 2017

Réveil nocturne

Cette nuit, mon petit de 3 ans arrive en pleurnichant dans ma chambre :

- J'ai plus d'eau dans ma gourde !

Je me lève donc pour la lui remplir pendant qu'il retourne dans son lit, puis je lui tends sa gourde.

Il la repousse alors en disant : "J'ai pas soif !" et ferme les yeux pour s'endormir.

Nanmého ! ;)

samedi 21 octobre 2017

Doux matins

Lundi, jour d'école. Le réveil sonne à 7h. On doit câliner le grand pour le réveiller, il émerge péniblement 10 minutes plus tard. Le petit roupille encore pendant de longues minutes.

Mardi, jour d'école. Le réveil sonne à 7h. On doit câliner le grand pour le réveiller, il émerge difficilement 10 minutes plus tard. Le petit roupille encore.

Mercredi, jour d'école. Le réveil sonne à 7h. On doit réveiller le grand, il se lève plutôt facilement. Le petit est encore dans les bras de Morphée.

Jeudi, jour d'école. Le réveil sonne à 7h. On doit câliner le grand pour le réveiller, il se lève doucement quelques minutes plus tard. Le petit continue son sommeil.

Vendredi, jour d'école. Le réveil sonne à 7h. On doit réveiller le grand, il émerge doucement, son papa le pend dans son lit pour des câlins. Il faut se dépêcher pour ne pas être en retard.

Samedi, tout le monde a congé. 6h30, le grand appelle : il y a un méchant... moustique dans sa chambre. Il se rendort, mais on a du mal. 6h58, le petit débarque dans notre chambre. Le grand est aussi déjà réveillé et imite le cri du coq dans son lit. Dix minutes plus tard, ils sont les deux bien réveillés et se mettent à jouer/crier/se battre/rigoler dans leur chambre.

Est-ce que c'est une fatalité ?

vendredi 20 octobre 2017

Travaux manuels

Je pousse d'un doigt le morceau en forme de triangle, et la citrouille ouvre un œil.

Du côté de mon fils, un éclat de rire, cri de joie et d'émerveillement.

Nous continuons ainsi : je découpe le deuxième œil, puis le nez, et enfin la bouche au sourire grimaçant.

A chaque fois, mon grand garçon lance un rire joyeux. C'est tellement bon de l'entendre rire.

Tadaaaa :


dimanche 15 octobre 2017

Innovation

"Innovation", c'est le thème de la photo du mois d'octobre. J'ai choisi de l'illustrer avec la photo de ce pont. Ce n'est pas tout à fait le Golden Gate, mais je trouve tout de même le pont de la Poya plutôt imposant. J'ai profité d'avoir un peu plus d'une heure à disposition l'autre jour pour aller m'y promener pour la première fois, et prendre la photo.



Et pour voir les innovations des autres participants, c'est par ici :

François le Niçois, Shandara, Nicky, La Fille de l'Air, Blogoth67, Frédéric, Renepaulhenry, CécileP, Philisine Cave, Céline in Paris, Akaieric, Lyonelk, Krn, DelphineF, Aude, Mirovinben, Gilsoub, Lilousoleil, Cricriyom from Paris, Jakline, Who cares?, Xoliv', Sous mon arbre, Alexinparis, Lavandine, Tambour Major, Dr. CaSo, Pat, Chiffons and Co, Ventsetvoyages, Lau* des montagnes, Eurydice, Laurent Nicolas, Philae, Pilisi, BiGBuGS, Brindille, Morgane Byloos Photography, Josette, Kellya, Lavandine83, Mamysoren, magda627, Memories from anywhere, La Tribu de Chacha, J'habite à Waterford, Giselle 43, Amartia, Cara, Alban, Magouille, El Padawan, Danièle.B, Christophe, Gine, Sandrin

samedi 7 octobre 2017

Géantes

Elles surplombent la foule et jettent sur elle un regard paisible. Lentement, elles tournent la tête de droite et de gauche, clignent des yeux, lentement, très lentement.



Elle sont géantes mais semblent légères. Loin de l'agitation à leurs pieds, des clics et des clacs des smartphones et des appareils photos.


La pluie qui se met à tomber ne semble pas les déranger, elles avancent, toujours aussi imperturbables.


Tourne la tête à gauche, tourne la tête à droite. Cligne des yeux lentement. Tourne la tête à droite, par-dessus les arbres qui bordent la route, aperçois le lac. Je me souviens avoir pensé : Elle est impressionnée, elle apprécie la vue.


Merci, mesdames les géantes, pour ce beau moment.